rammillica

[Avis] Etre un jeu tactique ou être un jeu stratégique ? That is the question

[Avis] Etre un jeu tactique ou être un jeu stratégique ? That is the question

 

15c9a0ae1c20c7961f84eab73c3ca16e3b06.jpe

 

     Ah ce bon vieux Shakespeare, étrange qu'il n'ait pas encore eu droit à son adaptation dans un jeu de plateau !

 

        C'est chose faite depuis septembre 2015 par une maison d'édition prestigieuse s'il en est, Ystari (Caylus, Myrmes, Witness, Spyrium, Amyitis, Sherlock Holmes DC ... il y a donc du lourd derrière et il y a matière à s'y intéresser !!).

 

    "Petite digression : Je vais vous l'avouer tout net, je ne connais pas grand chose à l'oeuvre de ce cher Shakespeare (je m'abstiendrai donc de faire des citations multiples) car je suis un français pur souche, plus enclin à vivre du Molière (est-ce d'ailleurs lui qui a écrit ces pièces ou bien Corneille, si vous êtes curieux intellectuellement, je vous conseille ce passionnant documentaire de l'Ombre d'un Doute pour vous forger une idée sur la question, cliquez ici)."

 

        Pour en revenir à nos moutons, Shakespeare est un jeu de RV Rigal et illustré par deux artistes "maisons" Neriac (Starfighter, Sherlock Holmes, Spyrium...) et Arnaud Demaegd (Sylla, Myrmes, Caylus, Olympos...). Shakespeare est un jeu qui se pratique de 1 à 4 joueurs de 13 ans et plus et une durée de l'ordre de 20 min/joueur.

 

       On est donc dans du jeu de gestion costaud (trop ou pas assez à mon goût, voilà la question centrale mais je vous laisse lire l'article pour comprendre pourquoi !!)

 

     Pour accompagner cet article, je vous propose le deuxième mouvement (Alegretto) de la 7ème symphonie de Beethoven, qui n'est pas vraiment relié au thème mais qui est juste une petite extase musicale personnelle.

 

http://youtu.be/haseluAw20M

 

Avant-Propos :

 

       Un jeu Ystari est forcément quelque chose à suivre lorsqu'on est un passionné de la chose ludique. Après quelques mois d'exploitation (petite analogie au cinéma), on peut constater qu'il a reçu généralement un très bon accueil dans l'ensemble de la communauté ludique, les critiques étant souvent assez élogieuses.

 

       Du coup, avant de jouer j'avais des a priori plutôt positifs sans avoir d'énormes attentes non plus...

 

0c41bc378cb2bafd1c06e13ff35784f7cb08.png

"A première vue, ça en jette quand même niveau matériel"

 

Le pitch du jeu :

 

       "Les théâtres de Londres sont en émoi. Dans une semaine, sa majesté la Reine assistera à leurs nouveaux spectacles et accordera son soutien à l’une des troupes.


       C’est l’occasion pour un jeune auteur de montrer ses talents de dramaturges et de metteurs en scène pour enflammer la cour !! Engager les acteurs les plus talentueux, faites les répéter dans un décor fastueux et costumer les somptueusement. Seul le joueur qui créera le plus beau des chef d'oeuvres obtiendra les faveurs de la reine !!! Seulement voilà, vous n'avez que 6 jours pour faire vos preuves !!"

 

       On peut dire que la thématique est forte, elle a de quoi nous allécher !!!

 

f8e5c7aa54e35bca2758b063d35bf1833ec7.jpe

 "Hamlet, Béatrice, une costumière et un orfèvre, une bien belle troupe"

 

Principaux principes du jeu :

 

         Je vais vous faire une revue assez rapide et non exhaustive (pour le reste, la règle est disponible en ligne sur le site de l'éditeur ici, la TTtv est ici ou référez vous à cette vidéo de Berijeux, qui présente (ici) aussi le jeu de manière succinte et efficace.

 

     Le jeu se divise en 6 tours de jeu, qui représentent les six jours de répétition avant la représentation devant la Reine. La partie est rythmée par deux décomptes à la fin du 4ème et du 6ème tour, qui correspondent aux Répétitions en costume (disons deux Générales si on veut être plus actuel).


9518b98cbc77c853d7cb3696d89f515ebe5e.jpe

 "Voici votre plateau personnel. A vous de costumer vos comédiens (le calypige Falstaff à gauche brille déjà de mille feux), de gérer votre humeur (piste centrale située en bas) et de construire votre décor (mais attention il doit être symétrique, là, c'est plutôt bien parti)"

 

Chaque tour est divisé en deux phases :

 

  • une première phase d'enchères où chaque joueur va miser combien d'actions il va réaliser pendant le tour de jeu en cours (il peut en faire jusqu'à 5). On définit ainsi à partir de cette enchère l'ordre du tour de jeu. Celui qui aura misé le moins d'action sera le premier joueur (et marquera un point de victoire), le deuxième qui aura misé le moins deviendra deuxième etc etc.. (les égalités étant tranchées par une piste d'Initiative).

 

  • une deuxième phase d'action (phase principale). Chaque joueur joue tour à tour une action (en dépensant un des jetons qu'il avait misé à la première phase ou sa carte recrutement).

 

Il a le choix entre :

 

  • Activer un artisan qui permet de construire des décors (qu'il pose sur la scène représentée sur son plateau principal) et/ou de confectionner des costumes pour les acteurs. Les costumes et les décors permettent essentiellement de gagner des points de victoire voire de l'argent ou des pouvoirs spéciaux (selon le décor construit)

 

  • Activer un acteur qui permet de progresser sur une (ou plusieurs) piste(s) d'acte (il y en a trois en tout) et parfois d'autres actions (améliorer son moral, confectionner un costume etc etc...)

6b5516f2f962fc8f8fac523661ea32e3bfeb.png

"Si j'active ce bon Hamlet, j'avance d'une case sur le deuxième acte (plume jaune)  et je diminue le moral des autres joueurs d'un grand (masque de théâtre noir.)"

 

  • Embaucher soit un acteur, soit un artisan en utilisant sa carte recrutement (chaque joueur peut (et doit) recruter un personnage par tour de jeu). Toute nouvelle recrue est placée sur son plateau personnel et est utilisable pendant le tour en cours. Contrairement à d'autres jeux de gestion, les différents personnages ne sont payés qu'à la fin de la partie (nous y reviendrons).

 

  • Aller demander les faveurs de la reine (obtenir 4 pièces ou une Carte Objectif, mais que veut-elle vraiment voir dans la pièce cette chère souveraine ?)

 

  • Passer

 

     Quand tout le monde a passé, une phase d'entretien est déclenchée. Chaque joueur reçoit tout d'abord les bonus/malus associés à sa piste humeur. On prépare le tour suivant (ajout de nouveaux costumes, de nouvelles tuiles décors et présentations des nouvelles recrues potentielles). Chaque joueur va devoir ensuite mettre au repos l'ensemble des personnages qu'il a utilisés pendant ce tour (ils seront donc indisponibles pour le tour suivant) à l'exception d'un (le joueur a donc le choix de pouvoir faire trimer un personnage deux jours de suite). On enchaîne avec la phase enchère du tour suivant.

 

       A la fin des tours IV et VI, on évalue la situation de chacun des joueurs dans l'ordre du tour. Dans un premier temps, les acteurs entièrement costumés vont permettre de progresser un peu plus sur un des actes de la pièce. Ensuite, les joueurs gagnent ou perdent des points de victoires et ramassent ou non de l'argent selon leur position sur chaque acte.

 

        A la fin du tour VI uniquement (fin de la partie), on doit payer chacune de ses recrues (acteur et artisan) avec des Livres (1, 3 ou 5) sous peine de perdre 2 points de victoire par personnage non payé (la reine doit payer pour vous, ça craint !!!). On encaisse également des points selon ses cartes Objectifs.

 

a36307110b65bc650185efb6b658d5fc4a6c.jpe

"Nous sommes au début du 3ème jour (pion blanc), nous pouvons voir que pour ce tour 6 jetons costumes et 6 tuiles décors sont à disposition (en haut à gauche). Le joueur vert a pour l'instant bien équilibré le début de sa pièce puisqu'il est bien avancé sur la piste rouge et jaune, il faiblit par contre sur la fin. Le joueur bleu débute plus timidement mais a décidé de finir sa pièce avec panache."

 

Ce que j'ai aimé :

 

    Le jeu présente de nombreux points forts, notamment grâce à une édition des plus somptueuses :

 

  • Une esthétique qui fait mouche :

  - Un beau panel de cartes (notamment les acteurs) qui ont chacune droit à leur propre illustration et à leur contextualisation dans le monde shakespearien

 

   -  l'iconographie qui renforce le thème (gain ou perte de points avec des chandelles allumées ou éteintes, plumes de différentes couleurs qui symbolisent les pistes d'Acte...)

 

  • Une très bonne adéquation entre les actions réalisées et la thématique du jeu

 

J'ai apprécié notamment :

 

   - La construction des décors, visuellement ça en jette et tout se justifie thématiquement (notamment la nécessité de la symétrie, qui permet de se creuser un peu plus les méninges)

 

     - La progression dans les actes, on choisit vraiment quel acte de notre pièce va être privilégié, (est-ce que je commence ma pièce en fanfare quitte à en pâtir au deuxième acte etc etc...)

 

      D'un point de vue mécanique,  je suis plus mitigé (voir un peu plus bas) mais il y a des composantes qui m'ont tout de même bien plus :

 

  • la fluidité du système de jeu, il est vite expliqué et vite pris en main !!

 

  • la gestion en fin de journée du repos des comédiens et des artisans

 

  • la tension dans les prises de costumes et des décors

 

  • la diversité des acteurs (moi qui est tendance à râler quand il y a trop d'effets de cartes dans un jeu de gestion, là j'ai trouvé qu'ils étaient très mesurés et donc calculables !!)

 

Et pourtant, après 4 parties, l'envie de se remettre à l'ouvrage n'est pas présent :

                                           
   Je vais commencer par mon seul reproche au niveau de l'édition, le format de vente : 45 euros c'est un peu cher pour le matériel (même somptueux) avec un thermoformage assez volumineux et fragile (sans doute pour cacher un peu la misère). Quand je vois un Andor ou un Mombasa à 40-45 euros en comparaison, c'est un peu raide. 

 

     Au niveau de la mécanique de jeu, le coup de coeur (ou de foudre) n'a pas eu lieu, les quelques mauvaises impressions de ma première partie se sont répétées au cours des trois autres parties (avec des configurations différentes) notamment la grosse frustration sur le peu de points de victoire marqué au cours de la partie et le manque d'axes stratégiques (chaque joueur ayant décoré en fin de partie bon an mal an les 2/3 de leur scène et costumé les 2/3 de leurs acteurs).

 

74641923172f12a463b0a41fb8a7dae1255a.jpe

 

     Ma première déception est définitivement la phase d'enchères. Sur le papier, le dilemme définition de l'ordre du tour/Nombre d'actions disponible est vraiment une mécanique intellectuelle intéressante mais je trouve qu'elle a été mal exploitée dans ce jeu pour deux raisons :

 

  • la récompense offerte au premier joueur (1 point de victoire) est vraiment hyper forte (où on ne marque que 20 à 30 points au maximum) et manque un peu de panache (c'est un peu froid et mécanique)

 

  • le deuxième joueur (imaginons qu'il mise deux jetons comme le premier joueur et qu'il perde uniquement à cause de l'initiative) peut repartir "la queue entre les jambes", aucune compensation n'étant prévue. Du coup, on mise généralement au moins trois ou quatre jetons si on est mal placé sur la piste d'Initiative.

 

      Ma deuxième déception c'est la piste d'humeur, que j'ai trouvé assez accessoire. J'ai eu la sensation qu'elle avait été rajoutée pour apporter un peu plus d'interaction entre les joueurs mais c'est assez fade. Cette interaction se sent beaucoup plus au niveau de la prise des costumes et des décors.

 

    Un autre bémol est l'action de recrutement. La tension autour de la prise des cartes est assez faible pour deux raisons :

 

  • Nous savons dès le début du tour que nous avons le droit à une carte et une seule. Pourquoi se précipiter dessus...

 

  • Les recrues sont toutes accessibles en cours de partie (on paie l'argent à la fin), donc finalement on aura une carte. Et même si on est à cours de sous, on peut les transformer en figurant...

 

      Finalement, le fait de ne rien payer dans la partie ouvre aussi trop facilement à mon goût l'arbre des possibilités pour un jeu de stratégie. De plus, je n'ai pas vraiment vu l'intérêt des cartes objectifs (c'est un peu l'action secondaire que l'on prend quand on a plus rien à faire), dont l'équilibrage est discutée sur les Internet (j'ai vu plusieurs commentaires à ce propos). Plus que tout, je n'ai pas eu un gros sentiment d'accomplissement en fin de partie lorsque je les réussissais.

 

     Comme je le précise dans le titre, finalement, je reproche à Ystari de n'avoir pas tranché entre orienter Shakespeare vers un jeu de pure tactique (qu'on aurait sans doute pu obtenir en supprimant certains aspects notamment la piste humeur, les cartes objectifs et en accentuant la tension autour des recrues et des prises de costumes ou de décor et en trouvant un système de compensation aux enchères) ou un jeu de stratégie (qui aurait été obtenu en enrichissant les biens obtenus par les pistes d'actes par exemple, en ajoutant d'autres effets de carte ou de costume, en introduisant une vraie gestion d'argent et de ressources au cours de la partie, bref complexifier un peu les choses).

 

     Dans une gamme de jeu assez proche, je trouve que Maîtres Couturiers a mieux réussi son office à tous les points de vue (mais c'est tout à fait personnel).

 

90345585a100ffd5057fa625871fc837b454.jpe

 

Mes petits conseils :

 

  • Joueur novices ou assez frais : je pense ce jeu peut vous satisfaire pleinement car (je le répète) Shakespeare possède de réelles qualités ludiques. Même si j'ai pas mal développé certains aspects négatifs, il y a un travail de fond conséquent !!!

 

  • Joueurs plus expérimentés (à la ludothèque remplie à ras bord) : je ne le conseillerai qu'à ceux qui ont un vrai coup de coeur pour la thématique. Niveau mécanisme, je trouve qu'il y a quelques lacunes, pour ma part, le choix de l'éditeur aurait du être plus net (tactique ou stratégie). C'est pour cette raison qu'il a quitté ma ludothèque.

 

 

Bilan : 13/20 - Une oeuvre magistralement  interprétée mais qui manque malheureusement du "supplément d'âme" qui fait toute la différence 

 

 

Pour finir cet article,  je citerai tout de même Shakespeare :

 

"La vie est un théâtre où nous sommes tous acteurs"

 

    Je suis presque d'accord avec lui, comme je suis presque d'accord avec l'intégralité du propos du jeu. Cependant, je reproche à cette citation comme au jeu un certain sentiment d'encloisonnement dans des codes (je n'ai pas eu l'impression au cours de la partie de créer quelque chose en tant que joueur, juste de suivre la mise en scène écrite sur la règle et non de jouer avec).

 

Mon mantra serait plutôt le suivant :

 

      "La vie est un théâtre où nous sommes tous improvisateurs"

  

Pour retrouver cet article sur mon blog c'est très simple :

 

http://www.epingledujeu.net/#!Avis-Etre-un-jeu-tactique-ou-%EAtre-un-jeu-strat%E9gique-That-is-the-question/cu6k/56e17e510cf2d5aa2194c68c

 

Plus d'articles et d'avis ludiques, c'est  par ici :

 

http://www.epingledujeu.net/

 

Pour suivre les différents articles :

 

https://www.facebook.com/L%C3%A9pingle-du-jeu-104155339971238/?fref=ts

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

9Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Shakespeare
Shakespeare
Par RV Rigal
Illustré par Arnaud Demaegd et Neriac
1-4 13+ ~

Commentaires (101)

Default
ZORG14
ZORG14
Merci pour ton article très intéressant
Iraiku
Iraiku
J'interviens un peu tard... mais je suis daccord avec la conclusion de cet article.

Beaucoup de personnes que je connais on vraiment eu un coup de coeur, j'ai une petite dixaine de parie a mon actif, mais je n'arrive pas a accrocher.

Pour moi, il fait parti des jeux "incomplet" il me manque ce petit "truc", ou cette rejouabilité que je retrouve dans d'autres jeux.

Apres avoir joue avec l'extention, je le trouve bien plus interessant.
Odal
Odal
Bonjour,
Il vous parait peut être incomplet car vous êtes un joueur de jeux de gestion, et cela se lit dans votre dernière phrase, mais le jeu de base est ainsi facilement accessible à tous joueurs occasionnels, pour peu que le thème accroche, et c'est en cela que je pense que nous avons réussi Shakespeare.
Je respecte que l'on aime pas mon jeu, mais de là à dire qu'il est incomplet, je ne l'accepte pas.
Cordialement
cyberba
cyberba
il n'est clairement pas incomplet, il est juste taillé pour un public assez large et encore je trouve que les choix sont toujours difficiles :)
Iraiku
Iraiku
"Aille" attention au mot incomplet, il ne faut surtout pas le prendre au premier degré. C'est plus un sentiment que j'ai (qui peut faire objet d'un débat) sur ce jeu comme j'en ai pour d'autres jeux.

Je ne critique en rien votre travail, le thème est vraiment très intéressant, la mécanique colle parfaitement bien au thème et les tours de jeux sont fluide ! Il est vraiment bien, mais, il y a un mais...

Ce petit "mais" sur Shakespeare n'est pas le premier que je ressens dans un jeu. Il me manque un truck.

Après comme je l'ai dis j'ai pris un plaisir fou a jouer avec l'extension.

Je suis un joueur de jeux de gestion comme de jeux familiale ou ambiance, apéro. Parmi pleins de jeux que j'ai pus acquérir, j'en ai vendu que quelques un car soit ils était trop rébarbatif ou "incomplet".

Le seul soucis que je trouve et je me questionne ci cela est voulu ou non. J'ai une impression que de plus en plus de jeux sont fait, au départ, pour un très grand public accessible etc... et qu'il faille acheté une extension pour rendre le jeu vraiment intéressant. J'ai une vague impression de déjà vu dans le monde du jeu vidéo en particulier.

Mais voila, ceci est un autre discussion.
zedzed
zedzed
Cet article et la lecture de ces commentaires m'auront au moins permis d'identifier une erreur de ma part dans un point de règle plutôt majeur : je prenais le figurant sur la pile au lieu d'éliminer un personnage disponible !
Pour cela, merci à tous.
Hornak
Hornak
Je confirme on prend bien un personnage "recrutable" et on le retourne pour montrer qu'on l'utile en figurant. C'est d'ailleurs une manière de piquer un personnage intéressant à un adversaire =)
bachibouzouk
bachibouzouk
Je vous en prie Rammilica, ne répondez pas! Si globalement il y a du bashing à votre endroit, par votre obstination à répondre vous vous prêtez aux critiques. Sachez écouter les conseils, travaillez votre style, ne mélangez pas analyse du jeu avec avis sur le jeu, mais surtout dépassionnez-vous! Vous ne jouez pas votre vie. Il me semble, mais je peux me tromper que parfois vous cherchez le conflit en l'alimentant.
Vous êtes doué pour l'écriture, vous avez une passion et êtes jeune, sachez la partager et ne pas vous obstiner. C'est courageux d'avoir une opinion divergente et de la défendre, mais n'alimentez pas outre mesure la rancoeur à votre égard, vous allez vous esquinter!! ( à moins qu'il s'agisse d'un jeu volontaire, auquel cas je n'ai rien compris).
Blackrad
Blackrad
"C'est courageux d'avoir une opinion divergente et de la défendre"

C'est parfois un moyen d'exister.
Primesinister
Je ne suis pas d'accord sur la plume. Le style ampoulé (j'ai failli mettre emphatique...) est tout sauf neuf et ne fait qu'alourdir le discours. Le fond est plutôt intéressant pourtant...
Monsieur Phal
Cher Monsieur Ramallica ,

Permettez-vous de ne rien trouver de neuf dans vos écrits, dans votre façon d'aborder la chose ? Parce qu'il n'y a rien de neuf, ni d'angle nouveau, ni rien de ce genre. est ce que quelqu'un de 20 ans qui jouerait depuis 6 mois aurait un œil "plus neuf" et donc serait plus interessant que vous ? Est ce que vous serez moins interessant dans quelques mois, quand vous serez moins neuf ?
rammillica
rammillica
En fait pas vraiment, dans le sens où je suis un jeune joueur (moins de 30 ans), qui dit oeil neuf ne veut pas dire forcément mépriser le travail des autres acteurs du secteur (pour qui j'ai le plus grand respect) et se croire meilleur que les autres. Vraiment pas dans ma bouche, après les querelles de sémantique... je vous demande juste de croire à la sincérité de ma démarche.

Je vais dire "Autre angle" plutôt qu' "oeil neuf" et nous nous quittons bons amis ?
Docteur Mops
Docteur Mops
Désolé mais pour le côté oeil neuf je trouve cela un peu prétentieux.
rammillica
rammillica
Merci, docteur Mops pour ce commentaire constructif. Je pense qu'en peu de temps, je me suis pas mal blindé car j'ai subi pas mal de critiques assez virulentes. Quelque part je commence à avoir l'habitude donc ça ne me fais plus rien, mais c'est difficile de s'investir dans un truc et de se faire renvoyer sur les roses à chaque fois. Je pense que peu de personnes se rende compte du travail fourni lorsqu'on fait un article argumenté (ce n'est pas titanesque mais ça demande du temps et de la réflexion)

Il est très difficile de se lancer et de trouver le bon ton (vis-à-vis de soi pour ne pas renier ces écrits et vis-à-vis de ces potentiels lecteurs). C'est peut être juste un peu la fougue de la jeunesse qui me pousse à naviguer dans plusieurs mers et de ne pas forcément bien discerner les choses.

C'est clair que, finalement, je pense écrire plus des avis argumentés que des critiques. Je ne peux pas m'empêcher de mettre du "moi" dans mes articles. Les points forts et faibles des jeux et les éventuels "conseils" que je donne n'ont pas de valeur universelle. Je pense que les lecteurs de mes articles l'ont compris et sont assez adultes pour faire leur propre avis sur la question en lisant d'autres avis que les miens (il y en a de très bons un peu partout sur la Toile).

Quant aux pamphlets, même si j'adorerais en écrire, ce n'est vraiment pas ce que je souhaite faire. Les articles que je propose sont souvent extrêmement positifs. Malheureusement, on me connaît plus pour des "sorties de route" (par exemple Crossing) que pour mes articles plus laudatifs. Comme ici, foncièrement, je ne comprends pas pourquoi cet article génère autant de commentaires. J'ai trouvé le jeu très bon mais pas excellent pour quelques détails que j'expose (l'éditeur intervient tout à fait normalement en défendant son jeu, je trouve celà vraiment bien). Mon défaut a été ici de répondre à tous les commentaires qui m'ont été fait, ce qui a contribué à ce qu'ils continuent. Comme vous le dites, la prochaine fois je prendrais en compte seulement les reproches ou les critiques qui seront constructives. On apprend tous de ces erreurs.

Je veux tenter de donner un oeil neuf sur le milieu du jeu, je dis bien tenter avec le ton qui est le mien et souvent une ouverture vers d'autres secteurs (musique, histoire) et une petite dose d'humour (si possible). Tout cela pour mettre le jeu dans une perspective culturelle plus globale. Ici, par exemple, si j'ai pu sensibiliser une ou deux personnes sur le passionnant débat (Corneille/Molière), qui est loin d'être le fond de l'article, j'aurais quelque part réussi mon pari.

Merci pour les encouragements, au plaisir de vous lire ou d'être lu par vous.
Docteur Mops
Docteur Mops
Le souci que je voie dans vos textes Rammilica c'est que vous naviguez sur plusieurs mers en même temps. Vos textes alternent entre opinion ou avis personnel et critique. Donner vos impressions de joueurs (discutables ou pas) est tout à fait légitime mais quand vous transformez cela en conseil cela conclue une critique qui n'en est pas une. Une critique n'est pas un avis argumenté. Dans la critique, le goût personnel du rédacteur n'y a que peu de chose à faire. On s'en fiche de savoir si vous aimez un jeu pour savoir quels sont ses qualités et défauts. Si vous préférez écrire des opinions personnelles, alors détaillez mieux votre ressenti mais n'en faites pas des vérités universelles ou des conseils.

J'ai lu l'édito de votre blog. Vous affirmez apportez du neuf dans la critique du milieu ludique. Franchement, vous mettez la charrue un peu avant les boeufs. Vous avez parfois une écriture intéressante mais vous semblez vous enfermer vous même dans une posture un peu pamphlétaire (que vous niez en pointant les textes des jeux que vous avez aimé). Pourquoi pas le pamphlet ? Sauf que l'exercice est d'une part délicat et qu'il faut une plume aussi talentueuse que virulente et là encore s'en tenir à son style sans mélanger les genres. Secondement, soyez blindé. Nous sommes sur le Net et les critiques fusent. Il faut suffisamment de recul pour le vivre correctement. Certains reproches sont à prendre en compte et d'autres pas du tout.
Moi je vous enjoins à continuer dans style "avis" mais gardez bien les manettes sur le "moi je" et du coup même ceux qui n'ont pas votre profil de joueur auront les clés de lecture.
Odal
Odal
S'il vous plaît... STOOOOOP !!! Vous commencez a être lourds, il n'est pas bon de s'exprimer ainsi par des posts qui peuvent parfois être mal interprétés, alors prenez rdv et discutez en de vive voix, je pense que tout le monde aura à y gagner.
Bien sûr que chacun a le droit de s'exprimer, mais là cela va trop loin....